Raymond Ostertag

Blog de Raymond Ostertag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 septembre 2005

Jardin des 2 rives

Les Jardin des 2 rives était l'évènement Strasbourgeois de l'année 2004. S'étalant sur la période d'Avril à Octobre le tout nouvel espace fleuri au pied du pont de l'Europe a vu défiler concerts, spectacles, expositions, activités et ... touristes. L'originalité du jardin est qu'il est situé en partie en France et en partie en Allemagne avec des entrées des deux cotés; une passerelle piétonne traverse le Rhin et relie les 2 parties.

J'ai visité ce jardin en Avril. Il en coutait quand même la petite somme de 12€. Du coté français on trouvait les concerts, les spectacles, les jardins fleuris, un bateau exposition et quelques restaurants (où malheureusement le service était très très long). Outre la jolie passerelle il était aussi possible de franchir le Rhin en bateau. Du coté allemand on trouvait des activités ludiques, une tour d'observation en bois, des jardins, un musée sur le Rhin, une zone d'expositions et des buvettes-restaurants (service rapide). Il était également possible de sortir et rentrer dans le jardin pour suivre un chemin le long du vieux Rhin dans la ville de Kehl. Au final j'ai passé une excellente journée et si on compatabilise qu'en plus des balades et activités j'ai assisté à un concert en kiosque très agréable, un spectacle de marionnette, vu une exposition et un musée, on peut dire que le prix était finalement bon marché. Aujourd'hui le jardin est redevenu tout simplement un espace agréable ouvert au public français ou allemand.

10 photos du jardin des 2 rives sont visibles à la rubrique Alsace en Images

dimanche 18 septembre 2005

Ribeauvillé

Ribeauvillé est une ville moins connue que sa voisine touristique Riquewihr mais elle fait parti des villes authentiques au même titre que Kaysersberg. Située au pied des Vosges entre Kintzheim (Haut-Koenigsbourg) et Riquewihr vous n'aurez aucun mal à trouver la «grande ville» de la région, toutes les routes y mènent. Garez votre voiture à coté de la place principale et continuez à pied en remontant la Grand-rue. Vous verrez que les échoppes à touristes ne manquent pas jusqu'à atteindre la tour des Bouchers. À noter que les commerces sont très souvent de bonne facture et vous acheter ou consommer sans crainte. Au-delà c'est la vieille ville, plus calme mais pas moins intéressante, on peut continuer son chemin jusqu'à la place de la République et monter à la tour des Sorcières. Sur le chemin vous trouverez de nombreuses maisons alsaciennes agréables à l'oeil. À noter une église mitoyenne avec un caveau aux couleurs chatoyantes !

Ribeauvillé est aussi accessible à la rubrique Alsace en images qui commence à s'enrichir.

samedi 17 septembre 2005

PhotoLabo

Fatigué de mon logiciel de création de galeries photos bbGallery, j'ai décidé en juillet de créer mon propre programme de génération de galerie en Python.

Comme j'ai tout le temps Gimp d'ouvert lorsque je travaille mes photos j'utilise couramment des Python-fu juste pour lancer GThumb, FLPhoto ou autres depuis Gimp, on peut aussi depuis GThumb ouvrir une image dans Gimp donc la boucle est bouclée. J'ai donc choisi de faire un Python-fu pour mon programme de galeries. Ça m'a permis également d'avoir une boite de dialogue à l'oeil, autrement je serai passé par Glade pour faire une interface utilisateur (je l'ai déjà fait). Ensuite un Python-fu est un programme Python comme un autre, c'est à dire que vous avez accès à tous les modules Python existants et vous pouvez aussi lancer n'importe quelle commande système. Pour traiter par lot les images je me suis ainsi retrouvé avec le choix entre Gimp, Python Imaging Library ou ImageMagick. Byzance quoi ! Gimp est réputé lent pour les traitements par lot et ImageMagick sort du cadre Gimp+Python dans lequel je préfère rester. Python Imaging Library a su me convaincre avec son mode ANTIALIAS pour les opérations de réduction des images. Il est assez paradoxal de faire un Python-fu et finalement de ne pas utiliser Gimp mais c'est ce qui a fini par m'arriver :).

Ensuite j'ai voulu faire parler français à mon Python-fu. Visiblement il fallait passer par un encodage UTF-8 pour arriver à sortir les caractères accentués du français dans la boite de dialogue de Gimp. Et pour passer le Python-fu en UTF-8 il faut bidouiller avec une ligne d'entête # -*- coding: utf-8 -*-, pas génial mais je n'ai pas trouvé mieux. Bien, après pourquoi ne pas l'internationaliser ? c'est à dire le distribuer en blilingue français-anglais. Gettext m'a semblé bien trop compliqué pour si peu de choses. J'ai inventé un petit dictionnaire qui utilise le code de langue en suffixe d'index. Il m'a suffit ensuite de récupérer le code de langue depuis la variable d'environnement LANG et le tour était joué. Ça fonctionne pas mal (sur mon Linux en tout cas) je pense donc consolider cette idée en créant la prochaine fois une classe, ce sera plus élégant.

L'étape suivante a constitué à générer les fichiers HTML. J'ai opté pour l'écriture directe du code HTML dans le programme en Python. Pour paramétrer le code HTML, j'y ai inclus des variables en majuscules que je n'avais plus qu'à remplacer par des bouts de code HTML. Facile et le résultat est validé W3C. Les fichiers HTML sont thémables à partir de feuilles de style CSS, celles-ci sont à créer séparément, j'ai bien sûr fait mon propre jeu qui est mis à disposition en téléchargement.

La dernière étape a été de me débrouiller avec la pauvre boite de dialogue des Python-fu. On ne peut pas pas dire qu'elle fasse honneur à la puissance des Python-fu, il n'y a même pas un simple bouton d'aide ! Il est clair que la solution Glade est quand même plus élégante. Pour accroitre les possibilités offertes j'ai laissé la possibilité à l'utilisateur de créer des fichiers texte (encodage UTF-8) pour ajouter ou modifier les paramètres de la boite de dialogue. Ainsi le fichier title.txt écrasera le contenu de la variable Titre, le fichier comment.txt ajoutera des commentaires aux photos, etc. Cette façon de faire s'avère finalement pratique car il suffit de laisser les fichiers textes dans le répertoire des photos pour ne plus avoir besoin de remplir à chaque fois les champs de la boite de dialogue.

Tester PhotoLabo pour Linux, les fichiers d'aide sont en français.

samedi 10 septembre 2005

Hindouisme

Pendant mes voyages j'ai d'abord été confronté à l'hindouisme au Vietnam avec la civilisation Cham puis au Cambodge à Angkor. Mais à chaque fois il s'agissait de civilisations perdues, du passé. Pour se plonger dans l'hindouisme il faut bien sûr aller à la source : en Inde. Pour un européen humaniste comme moi ce genre de religion est vraiment déroutante mais en même temps fascinante. Malgré les nombreuses explications des guides, il faut bien admettre que l'hindouisme reste impénétrable tellement il est riche et complexe. Voici ce que j'en ai retenu...

L'hindouisme est une trinité, c'est à dire qu'il y a trois dieux principaux chacun ayant femme (unique) et enfants. D'abord il y a Brahma qui est le créateur de notre monde. Suite à une malédiction Brahma ne peut être vénéré par ses fidèles sauf en un lieu unique; il n'y a donc qu'un seul temple dédié à Brahma dans toute l'Inde et on ne trouve pas de réprésentation de lui. Brahma est donc un peu un dieu invisible pour le touriste. Ensuite il y a Vishnu le dieu conservateur. La spécialté de Vishnu est l'incarnation terrestre sous différentes apparences, mi-homme mi-animal ou humain. Parmi les 9 incarnations de Vishnu la plus connu est sans aucun doute Rama dont l'histoire de sa vie, appellée le Ramayana, fait l'objet de nombreuses fresques et représentations. La 8ème est Krishna dont le nom est connu jusqu'en Europe. La 9ème est Bouddha et l'hindouisme recoupe ainsi avec le bouddhisme qui sont issus de la même région de notre planète. Enfin en Inde on attend la 10ème incarnation de Vishnu qui devrait délivrer l'humain du joug de la machine ! Au moins on sait ce qui nous attend, on va se faire bouffer par nos propres machines puis Vishnu viendra. Finalement il y a Shiva le dieu de la destruction et de la reconstruction le maître du cycle quasi-éternel de la réincarnation. Les gens viennent mourir dans les bras de Shiva au bord du Gange à Bénarès ou Katmandou (Népal). Shiva est souvent représenté accompagné de sa femme Kali ou parfois Parvati suivant ces attributions. Derrière cette trinité il y a une pléiade de demi-dieux dont certains sont très populaires comme Ganesh un dieu à corps humain avec une tête d'éléphant. Ganesh est un porte-bonheur pour un foyer et tout le monde à son Ganesh à la maison (même moi :). Il y a aussi Hanuman le dieu-singe que l'on retrouve un peu partout en Inde.

En Inde, associé à la religion, on trouve aussi le système des castes. Il existe 4 castes de corps de métiers dans un sens très large : pretres, soldats, commerçants, fermiers, puis le reste est rangé dans la catégorie intouchables au sens très dur de trop impur pour être touché. C'est un système corporatif qui proliféra en Europe au moyen-age mais jamais d'une façon aussi radicalisée. Au départ une famille pouvait comprendre des gens de différentes castes, avec le temps c'est devenu inacceptable et lorsqu'on nait dans une caste on n'en change plus dans la vie. Ce qui a rendu cette radicalisation possible c'est la croyance dans la réincarnation, le Karma. En fonction de vos actes dans la vie terrestre actuelle (votre Karma) vous allez passer un séjour au paradis ou en enfer après votre mort puis revenir sur terre réincarné. Votre caste dans cette nouvelle vie sera fonction de votre Karma des vies antérieures. Donc si vous vous retrouvez dans une bonne ou une mauvaise caste c'est que vous l'avez bien mérité ! C'est implacable et pour celui qui ne croit pas à la réincarnation c'est injuste.

On voit donc que les valeurs culturelles sont très différentes du modèle occidental mais avec la modernité tout change, ici comme ailleurs...

vendredi 9 septembre 2005

Inde

Les photos de mon voyage en Inde sont maintenant disponibles à la rubrique Mes Voyages. J'ai effectué cette visite de l'Inde en voyage organisé durant l'été 2004. Le circuit se situait au nord de l'Inde avec en plus quelques jours au Népal. Le temps était chaud mais supportable car en période de mousson les nuages cachent le soleil, il faut éviter Mai et Juin qui sont très chauds. Le circuit commençait par Dehli qui ne restera pas dans les annales sauf pour le bordel ambiant dans les rues. Ensuite direction le Rajahstan, on s'arrête en route à la vieille ville de Samode dont le palais à été transformé en hotel. À Jaïpur, on visite le fort d'Amber haut perché sur une colline et accessible aux touristes à dos d'éléphants, l'observatoire astronomique, le palais des vents qui n'est qu'une façade d'observation et un temple dédié à la déesse Kali. Retour vers l'ouest pour visiter le palais mongol abandonné de Fathepur Sikri. Puis c'est la ville d'Agra et le joyau du voyage le Taj Mahal qui est un mausolée de marble blanc au formes pures, à Agra on visite également le palais mongol appelé Fort Rouge qui est bien restauré et joliment décoré. Après un petit intermède via le train on visite les palais d'Orchha qui sont dans un style architectural différent, l'un est joli de l'extérieur et l'autre de l'intérieur avec pas mal de fresques. La route suivante vers Khajuraho est longue et pénible, une fois arrivé on visite les temples du Kamasutra qui sont dédiés au plaisir et qui comportent effectivement des scènes érotiques parfois osées (zoophilie). Les autres temples de Khajuraho sont les temples Jaïn qui ont supprimé le coté érotique jugé inconvenant. La dernière ville visitée en Inde est Bénarès (ou Varanasi en indien) qui est célèbre pour les ablutions matinales dans le fleuve Gange. Mais si le Gange est bordé de palais, les pélèrins sont pauvres et beaucoup viennent ici pour mourir dans les bras de Shiva le dieu de la réincarnation. Coeurs sensibles s'abstenir !

Au delà des palais et du Taj Mahal c'est la religion si particulière de l'Inde qui m'aura marqué. J'en parlerai dans un prochain billet.

jeudi 1 septembre 2005

Photos USA Canada

Les photos de mes vacances au Canada et aux USA sont disponibles dans la section Voyages. Des vues satellites (Google) sont accessibles via des liens au-dessus des images. Cliquez sur la grande image pour accéder à une galerie photo.

Le voyage au Canada était essentiellement une visite familiale de 2 semaines. J'ai séjourné principalement à Grand-Forks en Colombie britannique. J'ai visité la région situé à l'est de Grand-Forks, la région du lac Kootenay qui est un coin sympathique mais je n'aurais pas fait 15 heures d'avion rien que pour ça :). Les photos sont peu nombreuses car la plupart étaient des photos de famille que je garde privé.

La partie USA du voyage a duré environ 10 jours, un voyage en voiture par étapes organisé par le canadien Transat. Une formule apparemment très populaire vu le nombre de touristes européens que j'ai pu croisé. J'ai visité San Francisco, Yosemite, Sequoia, Vallée de la mort, Las Vegas, Grand canyon, Monument valley, Bryce canyon, Zion. On peut dire en résumé que la nature par là-bas semble vraiment avoir été taillée à une autre échelle, c'est beau et très impressionnant ! Pour les villes je reste sur ma faim, Las Vegas brille évidemment par son coté complètement décalé mais je ne suis pas joueur...