Raymond Ostertag

Blog de Raymond Ostertag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 25 février 2006

Biathlon : le bilan des jeux

Chez les hommes l'Allemagne a écrasé la concurrence, elle prend 4 médailles d'or sur 5 possible. La Norvège a accumulé 6 médailles au total mais avec 0 médailles d'or elle ne prend que la 3ème place. La France s'intercale en 2ème position avec l'or glané par Defrasne en poursuite. Suivent la Russie et la Pologne avec une médaille d'argent, pour les russes c'est plutôt décevant.

Chez les femmes la Russie s'impose avec 4 médailles dont 2 d'or. C'est une surprise, ont attendait plutôt l'Allemagne qui a bien conquis 6 médailles mais une seule d'or. La Suède peu remercier Oloffson avec ces 2 médailles dont 1 d'or elle coiffe la France pour la 4ème place. L'Ukraine a obtenu une médaille de bronze. À noter l'incroyable 0 pointé des norvégiennes !

Au général c'est l'Allemagne qui s'impose largement, 11 médailles dont 5 d'or rien qu'en biathlon ! Mieux que le résultat français global sur ces jeux. Et encore le système n'avantage pas une nation forte comme l'Allemagne, seuls 4 compétiteurs par nation peuvent concourrir par course, les allemands doivent donc écarter des athlètes qui sont des médaillables potentiels. Dur dur... La Russie prend la 2ème place grace à ses filles. La France vient de suite en 3ème position et ce malgré la défaillance des cadres Poirée et Bailly, un bilan encourageant et équilibré entre filles et garçons. La Norvège repart avec 6 médailles mais 0 d'or et avec beaucoup de regrets.

Allemagne = 5 4 2
Russie = 2 1 2
France = 2 0 2
Suède = 1 1 0
Norvège = 0 3 3
Pologne = 0 1 0
Ukraine = 0 0 1

Départs en ligne

Les deux départs en ligne ont cloturés les courses de biathlon de ces jeux olympiques.

Chez les garçons c'est l'allemand Greis qui s'impose, avec 3 médailles d'or il est le grand bonhomme de ces jeux. Une révélation assez tardive, souvent barré par Fischer, Gross et Luck en allemagne il est monté progressivement en puissance depuis 2 ans. Il n'a quand même pas égalé le norvégien Bjoerdahlen et ses 4 médailles d'or d'il y a 4 ans, celui-ci est resté en tête de la course jusqu'au dernier tir où il commet 2 fautes fatales au tir. Il prend la 3ème place. Le second est le polonais Sikora, la surprise de la journée ! Les français ont sombrés dans le 1er tir et n'ont pas réussi à revenir par la suite. Raphaël Poirée repart donc bredouille avec 0 médailles en individuel mais il est vrai avec aussi beaucoup de poisse.

Chez les filles c'est la suédoise Oloffson qui l'emporte devant l'allemande Kati Wilhelm, un peu fatiguée à ski. Résultat logique pour 2 filles qui ont animé le début de cette saison de biathlon. Une autre allemande Uschi Disl prend la 3ème place, très rapide à ski elle arrive souvent à compenser des tirs irréguliers. La française Baverel est 5ème tandis que Bailly a encore flanché au tir, elle aussi repart bredouille en individuel.

vendredi 24 février 2006

Relais féminin, encore du bronze

Les filles ont suivi un schéma identique à celui des garçons pour décrocher à l'arraché le bronze lors de la course par équipes. Les allemandes n'ont pas réussi à tenir la cadence imprimée par des russes impeccables au tir. Katrin Apel faisait un tour de pénalité et abandonnait toute chance de victoire. La russie s'impose donc devant l'allemagne. Loin derrière la biélorussie a longtemps occupé la 3ème place avant de l'abandonner à la france. La norvège a encore déçu et n'a toujours pas la moindre médaille chez les filles.

Delphyne Peretto a lancé le relais français de bien mauvaise manière, trop juste à ski elle abandonne plus d'une minute sur les autres nations. Florence Baverel prend le relais, grace à un 9/10 au tir et un bon ski, elle remonte à la 5ème place mais toujours assez loin de la 3ème place. Ensuite c'est au tour de Sylvie Becaert, la française ne craque pas, elle fait même un sans-faute au tir debout et passe le relais à Sandrine Bailly en 4ème position à 30 secondes de la médaille. Bailly rate un peu son tir couché puis elle réalise enfin un sans-faute à son tir debout pour sortir à 15 secondes de la biélorusse qu'elle rattrape et dépose très facilement à ski.

mardi 21 février 2006

Relais masculin, le bronze pour les français

L'allemagne a logiquement remportée ce relais mais finalement avec peu d'avance sur les russes qu'on n'attendait pas à pareille fête. Les norvégiens ont été trahis par le tir d'Andresen et malgré un grand Bjoerndahlen ils ont dû se contenter de la 5ème place. Les français s'adjugent la 3ème place à la photo finish devant les suèdois. Jusqu'à bout du suspense !

Julien Robert a commencé le relais avec un bon tir mais avec un mauvais temps de ski et il laisse filer ses adversaires. Vincent Defrasne, chaud bouillant, ramène la france aux avant-postes à la 4ème position. Puis Ferreol Cannard prend le relais et contre toute-attente il tient la baraque pour donner le relais en 3ème position à Raphaël Poirée. Le français sort alors un 5/5 à son premier tir et il se présente à la lutte pour la 2ème place pour le dernier tir. Il abat 4 cibles, on pense alors à l'argent, mais il rate 3 fois la dernière cible pour finalement sortir 4ème ! À la lutte avec le suédois il le rejoint puis le dépasse, mais dans le sprint final c'est le suédois qui passe devant jusqu'à 5 mètres de l'arrivée où il trébuche et laisse la médaille de bronze au français pour une chaussure ! Incroyable !! Le vent a enfin tourné pour le français, c'est de bonne augure avant la dernière course individuelle de ces jeux.

lundi 20 février 2006

The Musical Box (2006 bis)

Et voilà, samedi soir j'étais à Paris pour le concert du groupe canadien The Musical Box. Le concert a débuté par un guitariste solo qui nous a interprété une dizaine de morceaux de sa composition. Puis le groupe est entré en scène et nous a joué l'intégralité du double album The lamb lies down on Broadway, la reconstitution parfaite du concert d'origine de Genesis. Les morceaux se sont enchaînés avec quelques moments d'interruptions où le chanteur nous a expliqué en français l'histoire de Rael (ce que raconte l'album). Avouons que l'histoire est ésotérique, que l'album ne recèle aucun tube et que la basse était mal réglée et souvent à saturation. Malgré tout la qualité d'interprétation des musiciens nous a permis de passer un super moment en compagnie du spectacle construit à l'origine par Peter Gabriel. Le clou du spectacle est le costume utilisé pour la chanson The lamia où Rael ressuscite sous une forme plutôt grotesque. Après nous avoir envouté ainsi pendant plus d'une heure et demie le groupe a conclu par deux morceaux plus anciens : The musical box et Watcher of the skies (avec un effet de scène fameux et bien réussi).

Poursuites, l'or pour Defrasne, rien pour Poirée et Bailly

Le français Vincent Defrasne remporte l'or en poursuite ! Parti en 6ème position et auteur d'un 18/20 au tir, il règle au sprint le'ogre norvégien Bjoerdahlen parti derrière lui et plus fatigué dans ce final haletant. L'allemand Sven Fischer prend la médaille de bronze après l'or du sprint. Raphaël Poirée a cassé une fixation et voit son rêve de médaille d'or s'envoler. Il lui faut maintenant espérer un miracle en relais, gageons que les autres français vont tout faire pour l'aider à y parvenir.

Chez les filles c'est le grand retour des allemandes, Kati Wilhelm gagne très largement devant Martina Glagow pourtant partie de loin. La russe Albina Achatova complète le podium. Ce sont les deuxièmes médailles pour Glagow et Achatova après le déclassement de Pylewa pour dopage. Florence Baverel n'a pas pu tenir le rythme et Sandrine Bailly est restée scotchée à la neige suite à un mauvais choix matériel, la française va nourrir quelques regrets sur ces jeux...

vendredi 17 février 2006

L'or pour Florence Baverel

Le sprint a accouché d'une énorme surprise et d'une grosse joie pour le camp français : Florence Baverel est devenue championne olympique à Turin ! La française est la plus rapide des sans-fautes au tir, elle devance la suédoise Olofsson et l'autre surprise de la journée l'ukrainienne Efremova. Des jeux olympiques vraiments atypiques pour Florence qui a débuté par une séance catastrophe au tir sur le 15 km où on l'attendait beaucoup plus que sur un sprint. Mais c'est finalement au sprint qu'elle réalise la course de sa vie et remporte le jour J sa première course de biathlon. Derrière on retrouve Sandrine Bailly à la 6ème place, la française a été très rapide à ski mais elle a encore failli au tir avec 2 fautes. Avec une seule faute elle était la championne olympique, dommage... La poursuite qui va suivre ce sprint s'annonce donc de très bonne augure pour les 2 françaises surtout que les allemandes n'ont pas vraiment brillé, elles partiront derrière et n'ont plus le droit à l'erreur.

mardi 14 février 2006

Biathlon, poursuite hommes

Les journées se suivent et se ressemblent ! Un allemand Fischer gagne devant deux norvégiens Hanevold et Andresen, la main-mise germano-norvégienne continue. Pourtant l'ogre Bjoerndahlen a montré des lacunes au tir, hors des dix premiers au classement il aura même du pain sur la planche pour parvenir au podium sur la poursuite. Les allemands n'ont finalement placé que Fischer dans les dix ce qui est aussi inhabituel. Les français Defrasne 6ème et Poirée 9ème n'ont toujours pas atteint leur objectif de médaille. Ils peuvent quand même nourrir de gros espoirs pour la poursuite car au vu du classement il y a moyen de venir sur le podium en dépassant des adversaires peu réguliers au tir ou moins rapides à ski. L'allemand Fischer partira gros favori pour la poursuite qu'il affectionne et il faudra aussi compter sur un retour probable de Bjoerdahlen.

lundi 13 février 2006

Biathlon, 20 km femmes

Deuxième course à Turin et un doublé russe ! Ischmouratova l'emporte devant Pylewa et Glagow. La logique est respectée avec sur le podium trois filles surtout reconnues pour leur régularité au tir. Les grosses fondeuses comme Sandrine Bailly sont toutes à 3 fautes minimum au tir. Les russes n'étaient pas très performantes sur la coupe du monde, elles se sont bien préparées sur une course qui leur convient bien. Déception coté français, on attendait un bon résultat de la tireuse Florence Baverel mais elle commet 4 fautes dès son premier tir. Avec un 20/20 au tir elle prenait la médaille d'or et elle en a fait souvent dans sa carrière des 20/20. Finalement sur ces deux premières courses, seule Sandrine nous a fait un petit peu vibrer car avec un sans-faute à son dernier tir elle prenait probablement le bronze.

PS : La russe Pylewa a été contrôlée positive et a été déchue de sa médaille. Au final Martina Glagow obtient l'argent et une autre russe Albina Achatova récupère le bronze.

samedi 11 février 2006

JO Biathlon, c'est parti

Première épreuve de Biathlon aux Jeux Olympiques de Turin et déjà toutes les médailles pour l'Allemagne et la Norvège ! Français et russes auront bien du mal à se frayer un chemin vers les médailles. Sur cette course il n'y a pas grand chose à dire, on nous a rabacher que les tireurs allaient tirer leur épingle du jeu, ce fut vrai mais insuffisant car les meilleurs fondeurs Bjoerdahlen et Greis l'ont emporté. Julien Robert a fait un 20/20 au tir mais il ne décroche que la 6ème place. Vincent Defrasne et Raphaël Poirée ont loupé la course dès le premier tir. Ces deux-là seront revenchards et peuvent faire des médailles dans le sprint et surtout la poursuite. Ça devrait être quand même plus accessible pour Sandrine Bailly chez les femmes.

lundi 6 février 2006

Neufbox en routeur

Voilà plus d'un an que j'ai l'ADSL et la Neufbox chez moi. Le modèle est le TRIO3C et il m'est arrivé configuré en mode modem, celui où il faut donner un identifiant et un mot de passe. Ayant eu d'entrée à l'utiliser sous Linux je l'ai configurée via le panneau de configuration de Mandriva ou parfois via Roaring Penguin. En tout état de cause il me fallait passer par un protocole de communication : pppoe. À l'usage cette méthode s'est avérée peu satisfaisante, peu fiable. Dernier souci en date l'impossibilité de se connecter depuis une mini distribution Linux comme Puppy ou DSL. Finalement je me suis sérieusement penché sur le problème suivant : est-ce que ma Neufbox peut faire routeur et si oui comment ?

D'abord ce que j'ai trouvé sur internet : le modèle TRIO3C peut faire routeur mais est livré en mode modem, le modèle plus récent TRIO3D est livré configuré en routeur (y a du progrès dans l'air). Pour passer le TRIO3C en mode routeur j'ai suivi : ces instructions pour Windows XP mais sous Linux le principe est le même. Le petit problème de cette méthode est qu'on vous pose des questions auxquelles vous ne comprenez rien donc y répondre est au-dessous de vos forces. En fait il n'y a qu'une chose à connaitre, c'est l'adresse IP de votre modem/routeur et pour la Neufbox c'est 192.168.1.1, le masque de sous-réseau est toujours 255.255.255.0 et l'adresse IP de votre carte réseau est 192.168.1.n où n n'est ni 0, ni 255, ni 1 (occupé par le routeur). Une fois le réseau configuré il faut aller avec Firefox à l'adresse du routeur http://192.168.1.1/ pour accéder à l'interface d'administration et modifier sa configuration en routeur (évitez de trop bidouiller la config). Quelle que soit la distribution Linux on vous posera toujours les mêmes questions, vous n'avez donc qu'à noter quelque part les bonnes réponses. Par exemple avec la Suse-10.0 et Yast dans Périphériques réseaux / Carte réseau indiquez dans le champ Adresse IP : 192.168.1.2 (adresse de l'ordi) et Masque de sous-réseau : 255.255.255.0, dans Routage / Passerelle par défaut : 192.168.1.1 (adresse du routeur) et dans Nom d'hote et serveurs de noms / Serveur de noms 1 : 192.168.1.1 (adresse du routeur).

mercredi 1 février 2006

Pas si fous, ces français !

Pas si fous, ces français ! est un livre de Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow. Deux canadiens, l'un est francophone et l'autre est anglophone sont venus jusqu'en France pour analyser et comprendre la France et l'esprit français. Il était difficile de trouver meilleur paire pour réaliser une enquète sur notre pays et je dois avouer que la lecture de ce livre fut parfois savoureuse, parfois frustrante, parfois instructive; il doit donc y avoir beaucoup de vérités dans les propos énoncés pour provoquer autant d'émotions diverses. Les auteurs ont effectué en travail documentaire formidable, par exemple j'ai tout appris sur l'ENA alors que l'un de mes oncles est énarque, suivi d'une analyse d'une grande objectivité, dénuée de passion et des très envahissantes idées reçues de notre ami « pensée unique ». Je ne vais pas me substituer aux auteurs et je me contenterai de citer deux idées développées dans le livre : la France est une nation forte car elle est une république centralisée capable d'agir uniformément sur tout le territoire tout en disposant de la richesse de terroirs variés dont les habitants sont tous très fiers (à juste titre), la langue française est adulée par les français car elle dispose d'une académie (cas unique) mais aussi parce que l'uniformisation de la langue sur le territoire a été favorisée par la république pour contrer les langages régionaux qui sont très encore vivaces (alsacien, basque, breton, corse, occitan).