Raymond Ostertag

Blog de Raymond Ostertag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 16 juin 2011

Brasserie Matten

Après les découvertes du Mondial de la bière 2009 il y a eu celles du Mondial 2010. J'ai noté la présence d'un nouvelle brasserie alsacienne, la brasserie Matten située au Sud de Strasbourg à Matzenheim. Je mis suis rendu à l'occasion et j'ai découvert une brasserie artisanale installée dans une ancienne grange, au bout du village, au bord de la rivière (l'Ill). Très bien accueilli, j'ai rapidement fait le tour de la production locale, une blonde, une rousse, une brune et une blanche. Que des bières de fermentation haute. Je suis reparti avec deux bouteilles de chaque (4.5€ la bouteille).

C'est une brasserie qui a rapidement percé. Elle a déjà obtenu deux médailles dans les salons. On retrouve les bouteilles estampillées Matten dans les bièreries du coin et les acheteurs se la conseillent entre eux. J'ai gouté la blonde et la blanche. Les bières sont savoureuses mais il faut faire attention à la température de la boisson, ni trop chaud, ni trop froid, environ 10°C. C'est ce que m'avait signalé la brasseuse. La blanche ne ressemble évidemment pas à une blanche classique comme on y est habitué en France car c'est quand même une bière de fermentation haute. C'est plutot une bière de Froment avec du caractère.

lundi 13 juin 2011

Piste des forts (partie Allemagne)

Ce billet est la suite de deux billets plus anciens : Sur la route des forts tronçon Canal de la Bruche - Fort Rapp (Canal de la Marne au Rhin) et Piste des forts (partie Sud-Ouest) tronçon Fort Uhrich (Canal du Rhone au Rhin) - Canal de la Bruche.

Le 29 mai a été inaugurée la Piste des forts un initéraire cyclable de 85 km autour de Strasbourg reliant une ceinture défensive d'anciens forts. Un dépliant contenant une carte est téléchargeable Découvrez la Piste des Forts, on le trouve aussi dans les offices de tourisme. En visualisant la carte définitive j'ai remarqué que la partie allemande de la piste ne va pas de Illkirch à Gambsheim mais qu'elle repasse à Strasbourg par le Jardin des deux rives. On peut donc plus facilement boucler la partie allemande en empruntant une liaison Nord-Sud reliant Illkirch à Strasbourg, par exemple le canal du Rhone au Rhin.

Je suis parti donc parti du sud d'Illkirch au croisement entre le canal du Rhone au Rhin et la Piste des forts qui correspond aussi au Fort Uhrich et à l'usine Alcatel. La piste se dirige vers le pont Pierre Pflimlin à travers la forêt. Premier virage, premier écueil. D'après le plan il faut tourner à droite après avoir franchi la rivière, quitter la route goudronnée pour un chemin de forêt, et il n'y a aucun panneau indicatif. On retiendra qu'à cet endroit il y a un panneau forestier indiquant 24 - Illkirch-graffenstaden. A peine sorti de la forêt pour arriver à la lisière des champs il faut tourner à gauche puis à droite. Là aussi aucun panneau. Il faut également faire très attention lorsqu'on traverse le champ car il y a une barrière électrifiée qui barre le chemin. Après la traversée du champ on retrouve enfin un panneau de la piste qui nous indique de longer la rocade Sud jusqu'au pilier du pont ; on est bien sur le bon chemin.

Ensuite en Allemagne les panneaux sont bien mis en place. D'abord la piste longe le Rhin, elle franchit une passerelle en bois, continue à longer le Rhin avant de rejoindre la digue des hautes eaux non loin de Goldscheuer. On passe Marlen et puis on quitte la digue vers la droite pour traverser des maisons fermières avant de longer la route jusqu'au Kaufland de Sundheim. On est arrivé au fort Kirchbach. Derrière le fort, la piste repart vers le Nord le long d'un ruisseau ammenagé puis on oblique vers la gauche et on arrive à un aérodrome. Ici il faut traverser successivement la 4 voies par un pont, la ville de Neumühl et la voie ferrée par un pont. Il n'y a qu'à suivre les panneaux. De l'autre coté ce sont des champs. On passe à proximité du golf de Neumühl-Birkenhof. Il y a une route à traverser, la présence de cyclistes ne semble pas indiqué et il faut faire attention. Puis c'est la ville d'Auenheim, le fort Blumenthal dont on peut voir les douves, et la sortie de la ville nous emmène au bord de la Kinzig dans une zone d'activité portuaire. De là on franchit la Kinzig par un pont, on longe le Rhin, on traverse Kehl et on arrive au Jardin des deux rives.

J'ai trouvé le tracé assez plaisant. C'est plutot varié comme paysage et il y a quelques points d'intérêts où faire une pause. La partie la moins intéressante est la fin d'Auenheim à Kehl. Les pistes aussi sont variées, on a du goudron, de la piste dammée et de la piste forestière. Ce n'est jamais trop dur et j'ai croisé dans gens à l'aise sur leur Velhop. La carte donnée par la CUS n'est pas très précise. Elle peut suffire dans les endroits bien flêchées sinon on risque de se retrouver sur un autre chemin comme dans la forêt à la sortie d'Illkirch. Avoir repéré son chemin sur internet où posséder une carte plus précise peut s'avérer utile si on part en famille.

lundi 6 juin 2011

Photos de Chine

Encore un voyage d'achevé et son joli lot de photos qui va avec. Suivant le modèle habituel vous pouvez vous rendre sur la première page d'index, le mode manuel ou le mode diaporama.

Le voyage s'est bien déroulé, nous avons eu un panorama diversifié de la Chine et vu beaucoup de choses intéressantes. A Pékin on est allé d'un grand site à l'autre, le Temple du ciel, la Grande muraille, les tombeaux Ming, le Palais d'été et la Cité interdite. A Suzhou on admire les jardins et à Shanghai les gratte-ciel. La ville de Xi'an donne la partie historique du circuit avec notamment l'incontournable Grande fouille et son Armée de terre-cuite. Les paysages karstiques de Guilin sont à juste titre réputés fameux mais aussi brumeux. Enfin Hong-Kong est tout aussi impressionnante que Shanghai et avec en plus un caractère British et une situation remarquable. Partout on a ressenti l'avancée soutenue du développement et du modernisme dans les grandes villes et dans les transports. Enfin on n'a pas manqué les musées intéressants et les quelques spectacles pour touristes proposés pour animer les soirées.

Coté prise des photos, je suis maintenant bien rodé et je connais bien les limites de mon appareil. J'ai bien réussi les photos de nuit à Shanghai, Hong-Kong ou Guilin. Il faut bien sûr poser l'appareil (ou utiliser un trépied) mais aussi diviser manuellement la vitesse auto par 2 sinon les photos sont trop lumineuses. Pour les photos dans les musées et aux spectacles on fait ce qu'on peut car il ne m'a été guère possible de poser l'appareil. Dans ce cas je règle la sensibilité ISO sur 400 et la vitesse sur 1/30 pour avoir une photo avec peu de grains et nette. Si elle est un peu sombre je prends en RAW et j'éclaircis par la suite sur l'ordinateur. Si elle est bien sombre j'augmente la sensibilité ISO et je recommence la photo. Evidemment ça reste limité à un apport minimum d'éclairage, faute de capteur adéquat, ce qui n'était pas le cas pour quelques terres cuites des tombeaux de Xi'an car la lumière les dégrade.

Le plus frustant reste les photos dans la brume, à la Muraille de Chine, à Guilin et aussi un peu au Pic Victoria à Hong-kong. C'est toujours possible de redonner du peps mais on reste loin d'une belle photo. Je n'ai pas de solution rapide qui pourrait s'appliquer sur un lot de photos. Je crois qu'il faudrait déjà isoler le premier plan de l'arrière-plan ce qui nécessite un travail manuel photo par photo. A tester lorsque j'aurai plus de temps...