Cet été j'ai voyagé au Canada pour visiter la famille de ma soeur qui réside en Colombie Britannique. Avant de les rejoindre je décide de profiter du voyage pour faire une longue escale de 5 jours à Toronto. J'ai réservé un AirBnB proche du centre ainsi qu'une voiture de location pour visiter les chutes du Niagara et peut-être aussi Ottawa si j'ai le temps. Malheureusement le voyage commence très mal car dès mon arrivée tôt le matin à l'aéroport la compagnie Air Transat m'annonce que mon vol est reporté... au lendemain matin. Je vais donc perdre une journée de visite. En attendant Air Transat m'installe à l'hôtel Ibis face à la gare routière Roissy-pole avec 2 bons de repas. Je profite de cette journée inattendue à Paris pour une faire une visite chez ma mère. Un bus direct part de Roissy-pole et s'arrête une heure après à la gare de Vaires-sur-marne pour le prix d'un ticket de métro. Je téléphone aussi à l'agence de location de voiture pour annuler la réservation. Pour le AirBnb, tant pis, je paierai toutes les nuits réservées.

Le samedi après-midi j'arrive donc à Toronto avec une journée de retard. De l'aéroport je prends la navette ferroviaire qui m'amène à la gare centrale. Je passe devant un office de tourisme situé dans la gare et j'en profite pour réserver une journée complète aux chutes du Niagara. La prestation comprend le transport aller-retour en car et les repas de la journée avec un guide local (canadien anglophone). Je choisi le mardi car le lundi il fait moche et le dimanche c'est complet. Ensuite je remonte à pied avec ma valise Yonge Street que je trouve bien animée jusqu'à mon logement AirBnb. Celui-ci s'avère être un logement dans lequel les étudiants sous-louent la chambre et s'installent dans le salon pour dormir. L'isolation phonique avec l'extérieur est très mauvaise et on entend tous les travaux de construction du bâtiment d'à côté mais tant pis me voila installé et content d'être arrivé.

Le dimanche je démarre par un petit déjeuner chez Tim Hortons. Par la suite je choisirai plutôt un petit déjeuner plus copieux avec des oeufs chez Eggsmart. Je descends une grande avenue bordée de gratte-ciels depuis l'ancienne mairie de la ville vers la gare centrale. Je rejoins la fameuse tour panoramique CN Tower que je visite. Après je rejoins le port de Toronto bien animé et je prends une des navettes fluviales pour me déposer sur les îles de Toronto. Une fois débarqué sur l'île principale je fais une longue balade. L'île est aménagée pour les sorties familiales au grand air du lac. On y trouve des parcs d'attractions, des plages et des sentiers de balades. Des hordes de locaux débarquent sur l'île en début d'après-midi. Le retour se fait gratuitement en ferry. Du port je marche assez longuement pour rejoindre les quartiers historiques de la ville. Je commence par le vieux marché couvert puis plus loin dans le quartier Distillery je trouve des boutiques et des commerces artisanaux dans un quartier au style fabrique en briques anciennes bien sympathique. Je goûte à la bière et aux glaces artisanales, je n'ose pas le fromage qui pourtant me tente. Je retourne à pied à mon logement à travers des rues peu animées. La journée très bien remplie s'achève.

Le lundi comme prévu il fait moche. OK, j'attends 10 heures du matin l'ouverture du Royal Ontario Museum. En rentrant je n'avais pas un ordre d'idée du temps de visite et j'avais d'autres adresses de musée en poche. Finalement je ressors du musée vers 17H ! Je retourne le soir vers Yonge street où je passe une soirée festive arrosée avant de sentir la fatigue vers 22H.

Le mardi départ en bus de la gare routière vers 9H30. Dans ce bus en direction de Niagara, il y a des français, des mexicains (ou sud-américains), des américains en plus des canadiens. Après 1H30 de route nous arrivons à la ville de Niagara-on-the-Lake. Cette petite ville historique au bord du lac est bardée de petites villas cossues de style colonial anglais. Les cars touristiques s'amoncellent sur le parking et la rue principale est vite traversée de part en part. Nous repartons pour les chutes du Niagara. Nous les observons depuis la terrasse panoramique d'un grand hôtel avant de prendre le bateau qui nous amène aux pieds des chutes dans les embruns. Le côté canadien des chutes donne vraiment un meilleur point de vue que le côté américain. La ville construite autour des chûtes ressemble à une grande fête foraine permanente. Nous avons effectué une visite des rapides un peu plus loin puis abordé de nouveau les chutes sous un autre angle. Retour à Toronto vers 20H pour une journée de nouveau bien remplie.

Le mercredi est le jour du départ. Mais je dispose d'une demi-journée et plus avant de quitter mon logement. Le matin je me dirige vers le Chinatown de Toronto. Pas mémorable. Je me dirige rapidement en haut de la ville vers le château privé Casa Loma. La visite des appartements me plonge dans une autre époque et dans un autre luxe. L'entretien de la villa a fini par ruiner son propriétaire comme beaucoup de petits châteaux habités en Europe. Les écuries sont reliées à la villa par un long souterrain. On y trouve des voitures anciennes. De retour au centre-ville je décide de tester l'enseigne nordiste les 3 brasseurs qui a ouvert une enseigne sur Yonge street. Je prends une flammekueche très particulière, une recette québecquoise recouverte de vinaigre balsamique. On est loin des cartes proposées en France. Un peu en colère de voir indiqué sur la carte que la flammekueche est une spécialité du Nord ! Un peu de respect du terroir SVP.

Le séjour s'achève donc le ventre bien plein. J'avais un vol direct de Toronto vers Kelowna que j'ai bien failli louper. Je n'avais pas vérifié mes mails et le terminal et l'horaire avait changé. En plus j'ai pris plus de temps que prévu pour parvenir à l'aéroport. Me voici donc au mauvais terminal et en train de chercher fébrilement mon vol que je ne voyais pas dans la liste ! Je découvre qu'il me reste un quart d'heure avant la clôture de l'enregistrement. Gros stress ! Mais j'arrive à changer de terminal en 10 minutes, à tomber rapidement sur le comptoir et avec les bornes automatiques à enregistrer je pense à la dernière minute. Ensuite il m'a bien fallu 10 minutes pour faire passer la valise sur le tapis roulant d'enregistrement qui la refusait, 25 minutes pour le contrôle et 10 minutes à courir dans d'interminables couloirs pour arriver dans la salle d'embarquement. J'avais 45 minutes donc plus personne dans la salle mais la porte de l'avion était encore ouverte. Ouf !

Voici les photos :