Raymond Ostertag

Blog de Raymond Ostertag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 30 décembre 2016

Cap Vert

Le Cap vert est un archipel composé de dix îles et situé au large du Sénégal. Le mois de décembre y est clément avec des températures de plus de 25 degrés en bord de mer. Difficile de s'y croire en hiver ! Chaque île à son identité de la plus jeune à la plus ancienne car aucune n'est apparue en même temps qu'une autre. Il faut donc choisir son île en fonction de son activité et pour changer d'activité il faudra changer d'île par ferry ou par petit avion local. J'ai choisi d'y faire un trek d'une semaine et au Cap Vert l'île au trek c'est : Santa Antao.

Pas d'aéroport à Santa Antao, je débarque donc sur l'île de Sao Vicente direct depuis Paris. Je retrouve sur place 9 autres trekkeurs du voyagiste Atalante qui seront pendant cette semaine mes compagnons de randonnées. La première journée est plutôt calme à Mindelo, pas grand chose à faire, je profite de la douceur pour boire une bière sur le balcon de ma chambre d'hôtel. Tôt le matin nous embarquons sur un ferry pour une courte traversée direction Porto Novo sur l'île de Santa Antao. Un minibus nous amène au centre de l'île perché dans les nuages pour démarrer notre trek.

Les premiers pas se font dans le cratère de Cova où nous découvrons des cultures et les premières habitations. Le terrain est plat, mais ce sera le dernier plat du circuit ! Au bout du cratère nous nous retrouvons au sommet d'un grand cirque volcanique dit Vallée de Paul. Un interminable chemin pavé de 80 lacets descend dans le cirque jusqu'au village central où nous sommes hébergés chez Sandro. Arrivé tôt l'après-midi c'est l'occasion de faire un peu connaissance avec le groupe et avec des locaux bien sympathiques. Le soir les jeunes du village s'entraînent au tambour pour le carnaval de printemps. Le lendemain matin nous partons par un chemin dans le cirque jusqu'à une crête rocheuse et un restaurant avec vue splendide sur les cultures en contre-bas. Puis de nouveau une longue descente à travers les cultures d'igname pour se retrouver à la sortie de la Vallée de Paul en bord de mer. Coq ou vagues nous empêcheront de dormir cette nuit malgré la fatigue accumulée et une bonne quantité de punchs bus.

Le troisième jour de randonnée nous traversons la région située entre Paul et Ribeira Grande. De montée en descente nous traversons les ravines et les villages isolés. Seuls un chemin pavé les relie. Le soir nous rejoignons Ponta Do Sol. C'est là que notre guide Diddy habite. Il va saisir sa guitare pour nous chanter 3 chansons capverdiennes dont les incontournables de la légende locale Cesaria Evora. La quatrième jour est le plus long. Nous traversons le magnifique village perché de Fontainhas. Puis nous empruntons un sentier pavé côtier qui surplombe la mer le long des criques et des falaises. C'est assez somptueux. A la fin du sentier mieux vaut ne pas se baigner car la plage est faite de sables mouvants mortels. Nous dormons à Cha de Igreja.

Jusqu'ici assez courbaturé, je commence le cinquième jour en forme. C'est une ascension qui nous attend pour un col à 700 mètres avec une fin de montée difficile pour certains. Vue magnifique quand nous franchissons le col sur la vallée de Ribeira Grande. Nous descendons encore et encore jusqu'au village où un minibus nous emmène à Cha de Pedras. C'est notre dernière nuit sur l'île de Santa Antao et pour la première fois il pleut. Le sixième et dernier jour de randonnée est l'occasion d'effectuer une grosse montée de 1100 mètres jusqu'au plateau de Cavo. Le chemin est pavé et glissant. Heureusement la pluie cesse et nous pouvons continuer sans prendre de risque de glisser sur une forte pente. Vers la fin de l'ascension, à certains moments je m'aide des mains. Mon sac photo m'encombre. Le groupe est épars lorsque nous arrivons au sommet dans les nuages. Une partie du groupe dont moi prenons le mauvais chemin. Inquiet je monte sur une butte avec mon imper bleu et je me fais repérer par le reste du groupe parti sur un autre chemin. Ouf ! finalement tout le monde se retrouve sur le bon chemin. Après un dernier pique-nique sur l'île de Santa Antao, nous reprenons le ferry pour Mindelo. Nous faisons un gros et très bon repas d'adieu le soir dans la douceur locale. Notre voyage sur les îles du Cap Vert s'achève.

Voici les photos :

lundi 25 janvier 2016

Photos Equateur et Galapagos

Le billet précédent a résumé mon voyage cet été en Equateur et aux îles Galapagos. Voici les photos ramenées de ce formidable voyage.

vendredi 27 novembre 2015

Equateur et Galapagos

Cet été j'ai bouclé ma valise pour partir de Lyon et découvrir l'Equateur et les mythiques îles Galapagos. Le voyagiste est Atalante, nouveau pour moi, avec un joli bureau à Lyon où j'ai pu me rendre et discuter avec Matthieu qui avait déjà fait le circuit. Atalante est spécialisé dans les treks. J'ai pris un trek léger car si un trek est bien agréable pour découvrir un pays, ne faire que des treks pendant les vacances n'est pas de mon goût. Les groupes composés par Atalante sont assez petits, nous serons huit à visiter l'Equateur et plus que 6 pour les Galapagos.

L'Equateur est un petit pays d'Amérique du sud traversé par les Andes. Il est composé de trois parties, la partie côtière que nous ne visiterons pas, la partie andine et la partie amazonienne. Nous atterrissons dans la partie andine à Quito la capitale. L'accueil est agréable, nous sommes installé dans un petit hôtel de charme proche d'une place animée, notre guide est un jeune féru de photographie d'oiseaux : Angel, le groupe s'avère rapidement sympa, aguerri et homogène, un couple, 4 filles, 2 garçons tous situés dans la tranche d'age 54-64. Après un rapide tour de Quito direction Otavalo et passant par la ligne équatoriale. Nous faisons quelques tests ludiques qui ne sont possibles qu'à cet endroit particulier comme faire tenir un oeuf sur un clou. A Otavalo nous faisons notre première randonnée autour de la lagune Cuicocha avec pour toile de fond le volcan Cotacachi. Nous sommes déjà à 4000 mètres d'altitude et quelques marches suffisent pour m'essouffler. Il faudra se montrer prudent avec l'altitude. J'ai un léger mal de crane qui apparait et qui mettra 2 jours 1/2 à disparaitre. C'est l'acclimatation. De retour à Otavalo nous visitons le marché local puis nous nous installons chez l'habitant dans un petit village. Je partage la chambre avec Jean-Luc mon colocataire et nous devons participer aux tâches quotidiennes de nos hébergeurs. En l'occurence une dame seule qui nous emmène dans son champ de haricots que Jean-Luc et moi nous devons arroser ! Après cette tâche faite dans la bonne humeur nous partageons le repas avec notre hôtesse et sa petite fille qui va à l'école et parle quelques mots d'anglais car nous nous sommes nuls en espagnol. Le lendemain nouvelle randonnée à travers les champs de blé et de quinoa avec les volcans Cayembé et Imbabura en toile de fond. Nous traversons des villages et grace à notre guide nous découvrons les activités des villageois de cette région.

Ensuite nous nous rendons dans une jolie auberge au pied du volcan Cotopaxi. Nous pouvons admirer le coucher de soleil sur le volcan depuis l'hôtel mais des câbles électriques gênent la vue. Dommage ! Nous effectuons le lendemain notre première ascension à plus de 5000 mètres jusqu'au refuge du Cotopaxi et le début du glacier qui recouvre le volcan. Il faut marcher lentement pour ne pas trop s'essouffler et de retour à l'auberge j'ai mal au crane. Un cachet d'aspirine plus tard on peut finir la soirée au calme. Nous faisons route pour une autre région et abandonnons le car pour randonner dans le canyon de la rivière Toachi. En reprenant le car nous arrivons au lac du cratère Quilotoa. Nous pouvons l'observer le soir et au matin l'éclairage le rend encore plus beau. Nous commençons deux superbes journées de randonnées qui nous amènerons du lac Quilotoa à Chugchilan et au-delà à travers des paysages à couper le souffle. Nous découvrons outre les villages et fermes, la beauté des cultures sur les versants montagneux et très découpés des bords de la rivière Toachi.

Après une dernière nuit de repos avec vue sur le Cotopaxi, nous partons pour une toute autre région de l'Equateur : la forêt amazonienne. En route nous nous arrêtons pour prendre un bain chaud bien mérité aux thermes Papallacta. Puis c'est en pirogue le long du rio Napo que nous accédons à notre lodge. Ambiance dépaysante et petites bestioles nous attendent. Une première balade de nuit nous permet de rencontrer araignées, sauterelles et autre grenouilles. La boue est omniprésente et les bottes s'imposent. Une seconde de jour nous donne un aperçu de la forêt primaire qui n'a pas été modifiée par l'homme. Impossible de s'y retrouver sans un guide. Les plus courageux peuvent tester l'écorce d'un arbre locale pour dégager le nez, c'est costaud apparemment. Nous assistons l'après-midi à la réalisation de la chicha locale à base de manioc et nous dégustons de la pâte de cacao mélangée avec du sucre.

Après cet intermède amazonien nous remontons vers les hauts plateaux par la route de Banos que nous visitons rapidement. Au passage visite de la cascade du Chaudron du diable et de celle du voile de la mariée. Pour cause de grève nous devons modifier notre programme. En une journée nous montons au refuge du volcan Chimborazo puis revenons par la panaméricaine sur Quito. Le volcan Chimborazo abrite quelques rares vigognes visibles en Equateur qui se laissent approcher. La dernière journée à Quito sera consacrée à monter en altitude par le téléphérique et à se balader au-dessus de la ville jusqu'à ne plus la voir. De retour an centre ville nous goûtons un dernier bon repas tous ensemble à Quito avant de prendre un avion pour les Galapagos.

Les Galapagos sont un archipel de neuf îles volcaniques. Les îles situées à l'ouest sont les plus jeunes avec un volcanisme actif. Tout est très encadré pour la préservation de la faune et de la flore endémique. Seulement 3% du territoire est accessible aux touristes et chaque balade se fait accompagné par un guide local. Nous atterrissons sur l'île de Baltra déserte hormis l'aéroport. Par un ferry payant nous accédons à l'île principale Santa Cruz. Il n'y a qu'un village dédié aux touristes et un peu encore à la pêche. Nous commençons par visiter des anciens cratères d'affaissement. La végétation abondante sur cette île est particulière. Dans une ancienne ferme nous nous restaurons. Pour le tourisme, elle a été transformée en abri pour tortues géantes des Galapagos. Bien que cela ne leur plaise pas, on peut les approcher d'assez près. Sur Santa Cruz nous nous baignons à la plage Tortuga bay où nous rencontrons nos premiers iguanes marins et fou à pattes bleues. Les animaux ne bougent guère et il est très facile de les photographier. Sur le port de pêche, les pélicans et otaries sont mélangées aux pêcheurs et cherchent à voler du poisson. Plus en hauteur les impressionnantes frégates survolent tout ça. Le lendemain il nous faut embarquer sur un speed boat pour changer d'ile et s'installer à Santa Isabela. Le voyage en bateau dure deux heures et il est plutôt vomitif ce qui nous laisse des souvenirs avec une jeune allemande bien malade ! Nous faisons une balade à cheval qui nous emmène au cratère imposant du Sierra negra, tout noir de roche volcanique comme la plupart de l'ile. L'après-midi nous permet de faire une séance de snorkeling au milieu des tortues vertes, iguanes marins et quelques petits manchots. Le lendemain on visite à pied un ancien pénitencier avant une petite séance de plage et repas de crevettes à la braise. Puis c'est le moment de commencer le long retour d'abord par deux heures de bateau pour revenir à Santa Cruz. La dernière journée nous permet de visiter le centre scientifique Darwin et ses élevages de tortues des Galapagos. Il est temps de saluer otaries, iguanes, tortues, fous, pélicans et tous les autres animaux des Galapagos.

Le voyage s'est très bien passé grâce à la compagnie d'un groupe très agréable. J'ai été aussi agréablement surpris par les paysages originaux d'altitude en Equateur. La formule randonnée est du coup la plus indiquée pour découvrir le pays. Les montées aux refuges des volcans Cotopaxi et Chimborazo ne sont pas évidentes, en tout cas pour moi, on est à coup sûr dans les nuages mais contents d'être là. Les villes ne sont pas vraiment attirantes, peut-être qu'il faut se rendre à Cuenca pour visiter une ville coloniale de charme. Le passage sur la ligne de l'équateur, la soirée chez l'habitant et les balades en fôret amazonienne ajoutent des petits moments ludiques bienvenus en période de vacances. Les Galapagos font partie des incontournables du voyageur et contrairement à ce que j'ai entendu il ne faut pas refuser de visiter les îles sous prétexte d'une dégradation du site par un afflux trop nombreux de touristes car tout est bien encadré. Il faut juste accepter de l'être (encadré) et se contenter des sites accessibles ! Le contact avec les animaux est exceptionnellement relax et le show d'un fou à pattes bleues devant un parterre de touristes enchantés vaut bien le voyage.

lundi 27 octobre 2014

Photos Indonésie

Le billet précédent a résumé mon voyage cet été en Indonésie. Voici les photos pour imager ce fantastique voyage.

dimanche 26 octobre 2014

Indonésie

Cet été je me suis lancé pour tester un nouveau voyagiste : Aventures et volcans. J'avais comment destination prioritaire l'Indonésie et en consultant les différentes offres, le circuit proposé par Aventures et volcans m'a semblé complet et original en même temps. J'allais découvrir les orangs-outans de Sumatra, le mythique Krakatau tout en visitant les classiques Borobudur, Java et Bali. Le départ fut laborieux. D'abord mon train au départ de Lyon pour Roissy est annulé ! Une heure plus tard je prends un train pour le gare de Lyon et avec un taxi je rejoins l'aéroport avec 3/4 heures de retard. Suffisant néanmoins pour attraper l'avion. Ouf ! J'ai escale à Singapour et 12 heures d'attente sur place. Les singapouriens savent recevoir, nous avons eu droit à 40 dollars à dépenser dans les boutiques de l'aéroport et un aller-retour en car pour visiter le centre ville. Sympa ! Une fois arrivé à Sumatra, on se rend vite compte que les routes sont impraticables, bondées, et il faut bien une heure par tranche de 15 kilomètres. Nous arrivons donc fort tard à notre hôtel au pied du parc des orangs-outans mais il faudra quand même se lever tôt et ce malgré le décalage horaire. Toujours en itinérance, la fatigue nous suivra tout le premier tiers du voyage.

Mais parlons plutôt des visites à Sumatra. La rencontre avec les orangs-outans se fait au milieu du parc après une petite heure de marche. Assez craintifs devant le nombre de touristes au sol, ils mettent bien une heure à descendre des cimes des arbres pour chercher une banane. Nous avons pu observer 2 femelles et 2 petits. La ville de Bohorok est très animée car c'est le dernier dimanche du Ramadan. Le soir les locaux rentrent sur Medan. Et nous aussi ! Il nous faut de longues heures pour rallier notre étape suivante le Sibayak à Brastagi. Une balade matinale nous amène au cratère du Sibayak jonché de messages écrits avec les pierres volcaniques. Après un bain dans une source chaude nous rallions l'île de Samosir sise au milieu du lac Toba qui est lui même dans l'enceinte du super volcan Toba. Le site est impressionnant et les habitants les Batak Toba très accueillants. Nous visitons l'île en matinée avant de revenir sur Medan pour quitter en avion Sumatra. Au passage sur la route nous observons les rangées de palmiers transgéniques et la désolation de ce paysage artificiel, uniforme et sans âme.

Nous atterrissons à Jakarta puis nous nous rendons au bord de mer à Carita. De là par un bateau de pêcheur nous rejoignons en 4 heures le volcan Krakatau. Après avoir fait le tour du volcan actif, situé au centre d'une caldeira de style Santorin, nous débarquons sur la plage de cendres pour y passer la nuit. Nous devons monter en haut du volcan avant la nuit mais la corruption locale oblige notre guide à se délester d'une grosse somme avant que les garde-cotes nous laissent faire l'ascension du volcan. Après une nuit sous tente bien rude nous repartons en chemin inverse et prenons l'avion pour Yogyakarta. Je crois que c'est là que nous pouvons enfin récupérer un peu dans un hôtel luxueux du centre ville. Nous visitons les temples de Prambanan et de Borobudur. Le premier est hindouiste et dédié à la trilogie Brahma, Shiva, Vishnu. Le second est dédié à Bouddha. Les deux sont encore en très bon état. Juste un peu trop blindés de visiteurs. Nous faisons une excursion à l'observatoire et sur les pentes du volcan Merapi mais la météo n'était pas vraiment avec nous ce jour là.

Je n'attendais pas grand chose de la partie est de l'île de Java. Juste de voir les porteurs de soufre que j'avais vu dans un documentaire. J'étais mal documenté. Sans surprise l'arrivée au parc du Bromo est nuageuse et humide en altitude. On me dit qu'il y a la fête annuelle mais je ne vois qu'une mini fête foraine et quelques fanions hindous. Nous nous rendons l'après-midi dans le parc. Nous découvrons une plaine de cendres sous la brume remplie de motards tous plus bruyants les uns que les autres. Au bout de la plaine, un temple hindou. Puis tout autour du cratère du Bromo des gens alignés sur la crête. Nous montons sur la crête. Les hindous y font des offrandes. Dans le cratère des gens installés sous bâches récupèrent les offrandes ! Spectacle que j'avais vu en documentaire mais que je ne m'imaginais pas voir un jour en vrai. Le lendemain matin avant le lever du soleil on nous emmène en 4x4 sur un observatoire pour assister au lever du soleil. Et là un site grandiose se dévoile. Les volcans Batok, Bromo et Semeru entourés par une mer de nuages bas. Il est temps de reprendre la route. Après une balade en mer en pirogue nous arrivons à la plantation Margo Utumo. Nous visitons le matin la plantation de vanille, cacao mais surtout café. Puis nous continuons la route jusqu'à un hôtel proche du Kawah-Ijen que nous quittons en pleine nuit pour aller au pied du volcan. Pourquoi aller de nuit sur ce volcan ? Parce qu'il est chargé en vapeur d'acide sulfurique qui prennent une couleur bleu électrique visible de nuit mais pas de jour. Nous allons sur la crête puis au coeur du volcan pour découvrir les fameuses flammes bleues. En chemin nous croisons nos premiers porteurs de soufre. Equipés de masque à gaz nous restons jusqu'au lever du jour pour mieux voir le lac acide et les porteurs extraire le soufre.

C'est par ferry que nous rejoignons Bali. Un peu de repos sur la côte nord de l'île puis nous traversons l'île pour la région des 3 lacs de montagne avant de nous rendre sur le site classé à l'Unesco des rizières en terrasse balinaises. C'est dans ce paysage remarquable que nous effectuons une petite balade digestive. Nous nous installons à Kuta dans un bel hôtel proche de la plage. Le dernier jour nous assisterons à un spectacle balinais, visiterons un temple, mangerons au bord d'un cratère, ferons un tour à Ubud avant de diner sur la plage. Ainsi s'achève notre circuit. Côté hygiène et nourriture le circuit se sera bien passé pour moi mais il y a eu quelques touristas dans le groupe. La cuisine est bonne et saine en général mais elle manque de variété, le riz aide à prévenir les indigestions.

De ce voyage je garderai un grand souvenir du Bromo et du Kawah-Ijen. Ces sites sont uniques à la fois pour leurs paysages particuliers et pour les locaux qui s'y rendent. Bali n'est pas dans mes goûts personnels. Les temples autour de Borobudur sont malheureusement encerclés par la ville. Sinon il me semble qu'il y aurait ici un endroit qui pourrait rivaliser avec Angkor. Avoir fait l'ascension du Krakatau restera aussi dans ma mémoire. Le volcan est bien difficile d'accès, Aventures et volcan est sans doute le seul voyagiste à le proposer. La rencontre avec les orangs-outans était moins riche que celle avec les lémuriens Indri de Madagascar mais celà reste un moment unique à vivre pour nous autres occidentaux. Ceux qui ont pris de l'urine sur la tête témoigneront de l'authenticité de la rencontre ! La rencontre avec les indonésiens a toujours semblé riche de curiosité réciproque, sur l'île de Samosir, sur la route, le mariage, la fête du temple, la crémation. Nous garderons tous un visage étonné, un sourire glané au passage dans notre mémoire.

jeudi 3 octobre 2013

Islande

Deuxième voyage avec un filleul, c'est maintenant le tour d'Axel qui a choisi l'Islande pour bien se dépayser de l'ambiance parisienne. Effectivement l'île est très peu habitée et sorti de Reykjavik on se sent soudainement bien seul dans cette nature grandiose. L'île est 100% volcanique et traversée en diagonale par un rift, fissure de séparation des plaques américaines et européennes. On ressent d'ailleurs chez les habitants la double influence, européenne par l'histoire et le passé viking et américaine par un mode de vie moderne calqué les grands espaces. Le temps était plutôt frais et fortement venteux au début du voyage. Mais il n'a pas beaucoup plu, excepté une matinée. Après avoir parcouru l'ouest pour nos premières cascades et notre premier volcan on a suivi la côte Nord pour découvrir les villages des pêcheurs et la faune locale. Le rift est visible dans la région du lac Myvatn, l'activité volcanique y est impressionnante et la lave omniprésente. Egalement impressionnante de puissance, la chute Dettifoss, une formation cataclysmique en forme de fer à cheval et de belles orgues basaltiques. En descendant vers le sud par les fjords de l'est, on arrive au volcan glacier géant Vatnajökull. Les grandes langues glacières sont facilement accessibles depuis la route. On fera tout au long du voyage de nombreuses chutes d'eau, et la dernière sera Gullfoss, une belle double chute. Pour terminer le voyage, il y aura le geyser en activité puis la baignade dans les eaux du lagon bleu.

Diaporama
Une par une

dimanche 25 août 2013

Açores 2013

J'avais prévu de partir en Mai en Israël avec Adeo mais faute de participants le circuit a été annulé et je suis finalement parti en Juin aux Açores. J'aime bien les îles et en particulier les îles volcaniques qui sont souvent si particulières.

Perdues au milieu de l'Atlantique les îles volcaniques des Açores font partie de la médiane atlantique, faille de séparation des plaques continentales euro-asiatique, africaine et américaine. On visite quatre îles sur les neuf de l'archipel. Sao Miguel est la plus grande des îles. Elle contient deux très beaux cratères avec lac à ne pas manquer, le lac de Fogo et les lacs Azul et Verde, une zone importante de volcanisme actif au lac de Furnas, des villes coloniales construites en pierres blanches et noires et aux fenêtres colorées. L'île de Terceira abrite la très belle ville et très authentique Angra do Heroismo. Les traditions locales sont vivaces et se retrouvent avec les 70 Imperio (dédiés au Saint-Esprit) de l'île et avec l'élevage de taureaux pour les fêtes. Coté paysage, la cheminée éteinte d'un volcan et très riche en couleurs se visite ainsi que les nombreuses piscines de roches de lave aménagées. L'île de Pico est surnommée l'île noire. Surmontée du volcan Pico toujours noyé dans les nuages, cette île offre le meilleur endroit pour partir observer cachalots et dauphins. Nous ne verrons pas de baleine, juste une semaine trop tard. Pico abrite aussi les vignes cultivées entre murets de pierre de lave pour conserver la chaleur et les maisons typiques construites avec la pierre noire de l'île. L'île de Faial nous accueille à la ville de Horta, point de passage obligé des marins du monde, le port où chacun laisse une peinture et le café Peter Sport. Les jolis moulins à vent, flamand ou portugais, se trouvent un peu en hauteur avec le Pico en toile de fond s'il daigne se dévoiler. Faute aux nombreux nuages bas, impossible de voir le grand cratère de Faial. Tout au bout de l'ile l'éruption de 1958 du Capelinhos a agrandi l'île et fait fuir la moitié des habitants. Une manifestation impressionante du volcanisme local et de la façon dont a émergé l'archipel des Açores. Tout au long des îles, la visite des églises aura été riche en photos. Elles sont très chargées avec de nombreuses statues, autels. Les visites sont libres et le touriste encore peu dérangeant pour les locaux. Les Imperios ne sont ouverts qu'à la Pentecôte et j'ai eu la chance de pouvoir rentrer dans l'un d'eux rempli des couronnes du Saint-Esprit qu'on allait distribuer aux habitants. Enfin les fleurs sont partout présentes sur l'île et j'ai pris une cinquantaine de photos d'hortensias, d'agapanthes et d'autres regroupées à la fin du diaporama.

Diaporama
Une par une

dimanche 28 avril 2013

Sénégal

Cette année j'effectue un voyage avec chacun de mes filleuls. Le choix de la destination leur incombe et ils peuvent choisir parmi une liste de quatre propositions de circuits. Pour Mégane le choix s'est porté sur le Sénégal, un circuit aventure et safari dans le Sud du pays à la rencontre des habitants des villages Peul et Bédick. La réception à Dakar nous a fait un peu peur avec une vieille 504 break toute déglinguée. On s'est bien demandé où nous emmenait le chauffeur mais pas de surprise, on a bien roulé toute la nuit pour arriver au campement de Wassadou. Une fois là-bas on est bien accueilli par le guide Mohamed et le chauffeur Max. Les deux premiers jours sont consacrés au safari à travers le parc Niokolo-Koba. Les animaux sont farouches et difficiles à voir de près. On a recherché longtemps des hippopotames sans en trouver. On s'est rabattu sur les singes, les antilopes et beaucoup d'oiseaux. Ensuite on a été hébergé deux nuits plus au Sud au village Peul d'Afia avec un accueil très authentique des habitants du village. On a beaucoup apprécié la gentillesse des enfants, la nourriture et la soirée de danse dite tam-tam. De là on a pu visiter une cascade de 70 mètres et d'autres villages perdus dans la montagne. Finalement sur la route du retour on a pu voir un hippopotame !

Diaporama
Une par une

mardi 8 janvier 2013

Budapest

Entre Noël et Jour de l'an je suis parti trois jours visiter Budapest. Mon hôtel était situé à Buda au pied de la colline du château. Le premier jour était gris le matin et pluvieux l'après-midi. J'ai visité l'intégralité de la colline du château, l'église Matyas, le bastion des pêcheurs, les souterrains et le château. L'après-midi je me suis réfugié aux bains Gellert avant de franchir le Danube par le pont, de remonter à pied jusqu'à la place Vorosmarty et rentrer en métro. Le deuxième jour il faisait beau. J'ai vainement tenté tôt le matin de trouver une place pour visiter le parlement. Dépité j'ai franchi le Danube en sens inverse pour prendre des photos du parlement. Puis je suis retourné à Pest pour visiter la basilique Szent Itsvan. Puis successivement la poste, l'opéra, le musée des arts-décos, les églises de l'université et orthodoxe, la rue commerçante, le marché de Noël pour finir par une visite guidée de l'intérieur de l'opéra. Au coucher du soleil je suis retourné prendre des photos du parlement puis de nuit depuis la colline du château. Le troisième jour il faisait de nouveau gris. Toujours impossible de trouver une place pour visiter le parlement. Je suis d'abord allé près du pont de la Liberté prendre quelques photos. Ensuite j'ai arpenté le quartier juif et visité la grande synagogue. J'ai continué par le large boulevard qui mène au monument aux héros puis derrière au parc de Varosliget. Ce furent trois journées intenses qui m'ont permis de découvrir une ville agréable à visiter à pied.

La galerie photo : Budapest

jeudi 20 décembre 2012

Canada, Montana et Yellowstone

L'été dernier fut un voyage familial et touristique au Canada. J'ai convaincu ma soeur d'effectuer un voyage en voiture depuis Kelowna en Colombie Britannique jusqu'à Yellowstone. Mis à part une panne vers Missoula tout s'est bien passé et nous avons continué par quelques sites touristiques dans le Montana avant de passer une semaine avec la famille de mon neveu en Alberta. Sur la route du retour on a fait une halte à Golden dans les rocheuses avant de passer quelques jours à Vancouver chez ma nièce.

La visite du parc de Yellowstone s'est faite en deux jours. En si peu de temps seuls les points accessibles en voiture ont pu être visités. C'est déjà formidable de pouvoir observer les geysers, les lacs et terrasses extraordinairement colorées par les bactéries et le canyon du Yellowstone. Pas d'ours, pas de loups en vue mais des bisons sur la route. Pour observer la nature il faut rester plus longtemps et partir en randonnée. Pour la suite du voyage au Montana je tenais à visiter le champ de bataille de Little Bighorn et ma soeur le centre d'interprétation de Lewis et Clark. En Alberta, le thème principal était les dinosaures dont Drumheller dans les Badlands se réclame la capitale. Après une balade en quad dans les rocheuses on a rejoint Vancouver et pris le ferry pour passer une journée sur la jolie Sunshine Coast.

Diaporama
Une par une

samedi 5 mai 2012

Photos de Santiago et Valparaiso du Chili

Deuxième série de photos du Chili : Santiago et Valparaiso.

Santiago du chili. La capitale du Chili fut construite dans un but défensif sur un modèle de camp retranché romain par le conquistadore Pedro de Valdiva. Le centre en est la place d'armes autour de laquelle s'est développée en damier la ville historique. Elle est parsemée de multiples églises et de quelques batiments anciens ou récents comme La Moneda. On peut flaner à travers de nombreuses galeries commerciales puis se rendre au quartier des arts, Bellavista, pour admirer la ville depuis le cerro San Cristobal accessible par un funiculaire. Malheureusement, la ville est soumise a de fréquents tremblements de terre, et de nombreux musées étaient fermés pour restauration.

Diaporama
Une par une

Valparaiso. La ville est située sur un bord de mer ceinturé par de nombreuses collines. Pour y accéder, pas moins de 15 ascenseurs, en fait des wagons rustiques tractés sur des rails très pentus. Chaque colline se concoit comme un quartier avec son ambiance et sa propre atmosphère. On flane sans se lasser entre les maisons colorées et les peintures qui décorent les murs, portes ou volets des habitations. On va émerveillé de point de vue en point de vue sans oublier de visiter la Sebastiana maison de Pablo Neruda. Au final Valparaiso c'est une ville au cachet unique.

Diaporama
Une par une

Note : Cliquer sur une photo panoramique permet de l'afficher en pleine résolution.

vendredi 23 mars 2012

Photos de l'Ile de Pâques

Première série de photos de l'Ile de Paques : Ile de Pâques et ses moais

Découverte de l'Ile de Pâques à pied, en vélo ou en excursions. Les photos sont classées dans un ordre géographique en partant du centre d'Hanga Roa pour aller vers le nord, faire un grand tour puis revenir au même point par le sud. Hanga Roa est situé sur la cote ouest. Au nord de la ville se trouve Tahai et des moais photographiés par les touristes au coucher du soleil. La cote ouest présente quelques sites jusqu'à l'Ahu Te Peu. Autour de cet Ahu on trouve deux grottes. Puis on va plus au centre à la carrière des Pukaos par l'Ahu Akivi et ses 7 moais. Tout au nord de l'ile se trouve la plage d'Anakena et l'Ahu Nau Nau. En s'éloignant par l'est on rencontre une pierre ronde sacrée, un grand moai couché et on redescend vers le sud pour atteindre l'impressionnant Ahu Tongariki. Un premier site classé est la carrière des moais sur le flanc du volcan Rano Raraku. Ensuite la cote est de Oroi est parsemée de nombreux sites aux moais couchés jusqu'à l'Ahu Vinapu et ses pierres de type « inca ». Le sud de l'ile c'est le volcan Rano Kau et l'autre site classé : le village cérémoniel d'Orongo. Il ne reste plus qu'à rejoindre Hanga Roa en redescendant la pente du volcan. Visualiser les sites sur une carte

Diaporama
Une par une

Deuxième série de photos de l'Ile de Paques : Festival Tapati 2012

Deux familles s'affrontent dans des joutes sportives et culturelles basées sur la tradition ancestrale de l'homme-oiseau. Chaque famille est représentée par une jeune candidate l'une d'entre elle sera élue reine de la Tapati 2012. Pour cette année 2012 Céline et Lili sont nos deux candidates. Les épreuves sont nombreuses et très originales comme le triathlon façon Rapanui ou l'impressionnante descente de volcan en troncs de bananiers. Sans oublier les affrontements pour la confections de multiples objets artisanaux ou rituels. Les nuits sont rythmées par les spectacles de danses ou de tattoo et les shows glamours de nos deux candidates.

Diaporama
Une par une

lundi 30 janvier 2012

Tapati Rapanui

Nouveau voyage en vue. Pour la première quinzaine de février je pars quinze jours sur l'Ile de Paques puis visiter Santiago et Valparaiso au Chili. J'ai décidé de partir à cette période car c'est la période du festival Tapati. Deux familles s'affrontent dans des épreuves inspirées de l'ancienne tradition de l'homme-oiseau. Evidemment pas question de risquer sa vie à chercher un oeuf sur un îlot battu par les vents mais ce festival festif contient quelques épreuves sportives qui ont l'air savoureuses. J'ai choisi le voyagiste Adeo un des rares voyagistes à proposer une semaine complète pour le festival. Le prix du voyage est cher mais la vie sur l'île n'est pas donnée surtout à cette période. A noter que le voyagiste ne propose pas de guide ni vraiment de visites organisées. Normalement il y a un accompagnateur mais comme on ne sera que 3 ou 4 quatre participants il n'y en aura pas. Chacun pourra organiser son temps libre comme il l'entend. C'est le principe du voyage par Adéo.

En dehors du festival, je compte sillonner l'île à vélo. Elle est minuscule et j'ai programmé trois balades pour bien en faire le tour. Il y aussi des excursions prévues par le voyagiste. Les statues, appelées Moaï, sont souvent photographiées en contre-jour sur un fond de soleil levant ou couchant. C'est particulièrement vrai sur certains sites orientés Est-Ouest comme Tongariki (à prendre le matin) ou Akavi (à prendre le soir).

Les guides touristiques ne sont très prolifiques sur Santiago. J'y reste 3 jours. Valparaiso parait plus conviviale. J'y reste 2 jours. Le vol aller m'emmène de Paris à L'Ile de Paques via deux escales. Le retour se fait de Santiago vers Paris avec une escale. L'arrivée directe à L'Ile de Paques permet de découper clairement le voyage en deux parties. Dans le programme initial on devait arriver à Santiago, puis aller à l'Ile de Paques, puis retour à Santiago. Du coup il y a moins de temps perdu dans les transports.

lundi 6 juin 2011

Photos de Chine

Encore un voyage d'achevé et son joli lot de photos qui va avec. Suivant le modèle habituel vous pouvez vous rendre sur la première page d'index, le mode manuel ou le mode diaporama.

Le voyage s'est bien déroulé, nous avons eu un panorama diversifié de la Chine et vu beaucoup de choses intéressantes. A Pékin on est allé d'un grand site à l'autre, le Temple du ciel, la Grande muraille, les tombeaux Ming, le Palais d'été et la Cité interdite. A Suzhou on admire les jardins et à Shanghai les gratte-ciel. La ville de Xi'an donne la partie historique du circuit avec notamment l'incontournable Grande fouille et son Armée de terre-cuite. Les paysages karstiques de Guilin sont à juste titre réputés fameux mais aussi brumeux. Enfin Hong-Kong est tout aussi impressionnante que Shanghai et avec en plus un caractère British et une situation remarquable. Partout on a ressenti l'avancée soutenue du développement et du modernisme dans les grandes villes et dans les transports. Enfin on n'a pas manqué les musées intéressants et les quelques spectacles pour touristes proposés pour animer les soirées.

Coté prise des photos, je suis maintenant bien rodé et je connais bien les limites de mon appareil. J'ai bien réussi les photos de nuit à Shanghai, Hong-Kong ou Guilin. Il faut bien sûr poser l'appareil (ou utiliser un trépied) mais aussi diviser manuellement la vitesse auto par 2 sinon les photos sont trop lumineuses. Pour les photos dans les musées et aux spectacles on fait ce qu'on peut car il ne m'a été guère possible de poser l'appareil. Dans ce cas je règle la sensibilité ISO sur 400 et la vitesse sur 1/30 pour avoir une photo avec peu de grains et nette. Si elle est un peu sombre je prends en RAW et j'éclaircis par la suite sur l'ordinateur. Si elle est bien sombre j'augmente la sensibilité ISO et je recommence la photo. Evidemment ça reste limité à un apport minimum d'éclairage, faute de capteur adéquat, ce qui n'était pas le cas pour quelques terres cuites des tombeaux de Xi'an car la lumière les dégrade.

Le plus frustant reste les photos dans la brume, à la Muraille de Chine, à Guilin et aussi un peu au Pic Victoria à Hong-kong. C'est toujours possible de redonner du peps mais on reste loin d'une belle photo. Je n'ai pas de solution rapide qui pourrait s'appliquer sur un lot de photos. Je crois qu'il faudrait déjà isoler le premier plan de l'arrière-plan ce qui nécessite un travail manuel photo par photo. A tester lorsque j'aurai plus de temps...

samedi 16 avril 2011

Voyage en chine

Dans une semaine je m'envole pour Pékin. Deux semaines à parcourir la Chine pour un circuit grandement classique. Au programme après Pékin et la muraille de Chine, les jardins de Suzhou, Shanghaï la démesurée, Xi'an l'historique et la fameuse armée de terre cuite, Guilin et la croisière au milieu des paysages karstiques, enfin Hong-kong. C'est mon premier voyage en Chine. Il me semble normal de commencer par les sites les plus touristiques. Certains font à l'inverse et commencent par des sites difficilement accessibles, se réservant le reste pour leur retraite. Pour ma part je compte maintenant m'orienter dans les années à venir vers des voyages plus originaux, moins courus et suivant des formules variées. Madagascar devait être le premier de ceux-là mais j'ai profité d'une opportunité pour déjà le faire l'année dernière. En fait ce voyage en Chine va clore une série de grands classiques commencé en 2003 avec le site d'Angkor au Cambodge. Voici le programme : Ombres chinoises, c'est encore un voyage Arts et Vie, le 6ème pour ce qui me concerne avec cette association qui propose de nombreux voyages.